LE CHOCOLAT DANS TOUS SES ETATS...

Publié le par mitokola

 Fève de chocolat

 

 

28 MAI 1659

 

Le "Roi" du Chocolat

 

 

 

David Chaliou, reçoit le privilège exclusif de la

fabrication et de la vente du chocolat dans toute

l'étendue du Royaume, pour une durée de 29 ans.

 

 

 

Le cacao a été ramené du Mexique en Espagne par

le navigateur Fernand Cortez, vers 1528.

 

C'est à partir de cette époque qu'il est d'abord connu

et se propage à travers la péninsule Ibérique, puis

en Flandres.

 

Mais le premier cacao travaillé en chocolat à l'aide de

fortes épices ne plaît pas beaucoup...

 

Pour qu'il connaisse son apothéose, il faut que les

Espagnols se mettent à en simplifier la composition ;

et à ne plus ajouter au cacao que du sucre ou du

miel, de la vanille ou de la cannelle.

 

Même fait ainsi, il est d'ailleurs, le plus souvent

considéré comme médicament...

 

 

Fève de chocolat

 

 

 

C'est à ce titre qu'il pénétrera en France vers 1642.

 

Le premier à en utiliser sera le frère aîné du

Cardinal de Richelieu.

Il en usera "pour modifier les vapeurs de la rate" !

 

 

Une douzaine d'années plus tard, le Cardinal de

Mazarin et le Maréchal de Gramont, font chacun,

venir spécialement d'Italie, un cuisinier, habile en

la manière de bien préparer le chocolat...

 

C'est également Mazarin qui interviendra auprès

du Parlement pour que l'on accorde au sieur

Chaliou, son exclusivité de fabrication du

chocolat...

 

"en raison des divers voyages qu'il

a accompli en Espagne, en Pologne et autres

lieux d'Europe, au cours desquels il a acquis la

connaissance d'une certaine composition qui

se nomme le chocolat, dont l'usage est très

sain ; et qu'il désire en faire part au plublic..."'

 

 

Giverny

 

 

 

David Chaliou s'établit à Paris. Son commerce

prospère d'autant mieux que, deux ans plus

tard (1661), la faculté de médecine approuve

l'usage du chocolat...

 

Tout le monde ne sera pas, cependant, d'accord

avec les savants...

 

Madame de Sévigné se montre tout d'abord

désolée de ce que sa fille soit partie pour Lyon,

ville où l'on ne trouve pas de chocolatière (sic),

elle lui écrira quelque temps plus tard :

 

"...Je vous en conjure, ma très chère, bonne

et très belle, de ne point prendre de chocolat.

Il y a huit jours, j'eus durant seize heures une

colique et une constipation qui me firent toutes

les douleurs de la néphrétique.

Peclet (médecin célèbre à l'époque) me dit que

cela aurait pu m'être mortel"

 

Il est vrai que ce Peclet craignait moins l'eau-de-

vie que le chocolat !!!!

 

 

fleurs à Noyers

 

 

 

David Chaliou conservera son privilège moins de

temps qu'il n'était en droit de l'espérer...

A peine deux ans après l'avoir obtenu, une

nouvelle lettre-patente réduisit son "exclusivité" de

29 ans.... à 10 ans !!

 

 

Ses concurrents prenant le chocolat-médicament

se multiplièrent...

L'un d'entre eux, Théophile Dufour, préconisera,

à l'intention des bilieux, du chocolat préparé avec

de l'eau d'endive !! ; les gens "ressenés" devront

y ajouter de la rhubarbe...

 

Vers la même époque, le Docteur Blegny

recommandera l'emploi du chocolat contre les

rhumes, les fluxions de poitrine... et les maladies

"galantes"....

 

 

Plus tard, un certain Delondres, épicier-droguiste, à

Paris, inventera (1772), "un chocolat homogène,

stomatique et pectoral" ; ainsi d'ailleurs qu'un

chocolat purgatif...

 

N'oublions pas le "chocolat analeptique" qui rend

l'embonpoint et la fraîcheur, à ceux qui les ont

perdus.

 

 

Fève de chocolat

 

 

Virement de bord, en 1671, pour Madame de

Sévigné qui rédige et adresse, le 11 février, une

lettre à Mme de Grignan :

 

"Vous ne vous portez pas bien ; le chocolat vous

remettra ; mais vous n'avez point de chocolatière,

j'y ai pensé mille fois ; comment ferez-vous ?"...

 

Car préparer le chocolat que l'on déguste bien chaud

est tout un métier ;

la mode veut que l'on fasse venir d'Espagne

directement ces chocolatières...

 

Ainsi actuellement, celle de la reine, "la Molina" doit

être prochainement remplacée par "la Philipa"...

 

 

mme leparoux

 

 

 

Mais la vogue du chocolat aura vite tendance à

passer... au profit de celle du café !!

 

Et l'inconstante Marquise de Sévigné changera

encore une fois d'avis, deux mois plus tard....

 

"Je vais vous dire ma chère enfant, que le chocolat

n'est plus avec moi comme il était... La mode m'a

entraînée comme elle fait toujours... Tous ceux qui

m'en disaient du bien, m'en disent du mal ; on le

maudit, on l'accuse de tous les mots qu'on a ; il est

la source des vapeurs et des palpitations ; il vous

flatte pour un temps, et puis vous allume, tout

d'un coup, une fièvre continue qui vous conduit à

la mort..."

 

Quelques mois plus tard, la célèbre épistolière,

changera une fois encore, d'avis....

 

 

Fève de chocolat

 

 

 

 

En 1715, la question qui se pose :

 

"Est-il une boisson ou un médicament ?"

 

 

Cette grave question est posée par tous ceux

qui, en période de Carême, ne mettent plus

seulement en jeu le corps mais aussi l'âme !

 

Subtile question !!! si l'on pense que le chocolat

est un médicament, il ne rompt pas le jeûne. Il

devient même une ressource précieuse durant le

Carême....

 

En fait, c'est le prétexte d'une belle gué-guerre entre

les médecins et les canonistes...

 

Pour le médecin, le chocolat constitue une véritable

nourriture, plus réconfortante même que le lait.

 

Les canonistes soutiennent que le chocolat est

un médicament, un cordial, un stomachique dont

l'absortion ne tire pas à conséquence...

 

Et puis, comme le fait remarquer l'Evêque de Porto,

lui-même, la boisson ne rompt pas le jeûne... ainsi,

le vin, tout nourrissant qu'il est, ne le rompt pas

non plus.....

 

 

 

Fève de chocolat

 

 

 

(sources Almanach historique de la Gastronomie Française,

  textes de Christian GUY)

 

Publié dans Histoire et anecdotes

Commenter cet article

Valérie 11/05/2010 13:39



J'en avait ramener une de la Guadeloupe, ma moitié n'a pas aimé de faire " son CACAO "


avec hihii c'est spécial brut de brut


Bizes



mitokola 11/05/2010 15:04



J'ai ramené la fève de République Dominicaine, mais celle de la photo n'est plus que la moitié... j'ai râpé l'autre pour divers accompagnements.... haaarrr !!! c'est très très fort !!!!



Merci à toi, bizzzzzzzzzzz



charlene59 11/05/2010 09:30



Merci pour cet article si bien documenté !! merci aussi à Fernand Cortez! Nous, gourmands de chocolat nous disons : miam miam !


bonne journée et gros bisous



mitokola 11/05/2010 13:19



Merci à toi Charlène... je sais que tu aimes le chocolat.... mais c'est normal... il paraît que c'est un excellent remontant... donc ne culpabilisons pas... c'est mieux que des petits cachets
bleus ou roses....


bonne  journée


bisous



paty 10/05/2010 14:50



Bonjour,


Bel article..Moi j 'ai fait le basilic dans tous ses états, toi c 'est le chocolat!!!Avis aux gourmands!!


On apprend plein de choses ds cet article,Bravo!


bon lundi paty



mitokola 10/05/2010 15:10



Merci Paty, c'est très gentil à toi et je vais aller voir le basilic.... une herbe que j'adore tout particulièrement...


bonne journée


bisous



Angélique 10/05/2010 14:12



Merci pour toute cette histoire, trés interessant. Bises



mitokola 10/05/2010 14:24



Merci beaucoup Angélique, c'est très gentil à toi, je te souhaite une très bonne semaine et une bonne fin de journée


bisous



*Doudou* 10/05/2010 14:09



Hi hi hi, j'ai cru voir un caillou au départ!!!


MmMMmMm quelle belle histoire sur ce chocolat Miam!!!


Bin moi, je change pas d'avis comme La Sévigné! Moi j'aime tout le temps!!!!


Bises et bon début de semaine



mitokola 10/05/2010 14:24



Merci beaucoup Doudou, c'est vraiment très gentil de ta part... et tu as bien raison de ne pas changer d'avis... une très bonne dégustation de chocolats de toutes sortes alors...


bonne semaine et bonne fin de journée


bisous